Comment fabriquer soi-même un compost bio ?

La technique de fabrication de compost bio consiste à utiliser les broussailles que l’on rencontre partout, dans les forêts et dans les terrains en friche, comme un support végétal. Cette méthode est à la fois écologique et économique puisqu’elle contribue à l’entretien des forêts et participe à la lutte contre les incendies sauvages.

Ce qu’on entend par broussailles

Le terme « broussailles » est employé pour définir l’ensemble de touffes épaisses d’arbustes ramifiés qui se développent d’une façon anarchique dans les terrains en jachère ou tout simplement dans la brousse.

Toutes les variétés de broussailles conviennent en effet, à la fabrication de compost bio : fougère, genêt, pin, bruyère, lavande, chêne, etc. La seule règle est de choisir des branches n’excédant pas 8 mm de diamètre.

La technique de fabrication du compost bio

Après avoir collecté les végétaux, il faut que vous les fassiez détremper pendant quelques jours dans un grand récipient d’eau. Durant cette opération, il est essentiel de garder les broussailles complètement sous l’eau. Ensuite, disposez-les sur le sol en essayant d’obtenir un tas en forme de pyramide, d’environ 4m3.

Pour ce faire, il faut suivre des normes précises, la hauteur de la pyramide ne doit pas dépasser 1,60 m et sa largeur ne doit pas excéder 2,20m. La réalisation de cette étape peut prendre deux ou trois jours et permet d’obtenir en 3 mois environ 2000 kg de compost bio. Faites en sorte de ne pas écraser les broussailles et recouvrez la pyramide d’une fine couche de sable ou de terre.

Utilisation du compost bio

Cet humus ou compost bio s’utilise notamment dans la culture des légumes. Au début de l’été, il sera éparpillé sur le sol à cultiver sur 7 cm d’épaisseur, puis il faut le recouvrir d’une couche d’aiguilles de pin, d’une épaisseur de 10 cm.

Enfin, quand vient la saison où l’on sème, il suffit d’écarter un peu le compost bio et sa couverture. Vous attendez que les nouveaux plants de carottes, de poireaux ou de tomates atteignent leur stade de croissance pour les mettre en place. Cette technique compte parmi les grands courants de la culture biologique permettant à chacun de participer à la préservation de notre écosystème.

mercredi 7 mars 2012, par Romain Morillon