Comment éviter la prolifération de maladies dans le potager ?

Entretenir un jardin n’est pas de tout repos. Mis à part le plaisir de jouir de légumes tout au long de l’année, il y a également les désagréments comme les maladies. Lorsque les légumes sont ravagés par des parasites ou des champignons, on peut adopter certaines méthodes naturelles qui s’avèrent plutôt efficaces.

Ce qu’il faut faire pour réduire la prolifération des maladies au sein du potager

La première chose à faire est d’opérer une rotation des plantes de manière régulière. Pour l’arrosage, on le fera toujours au niveau des pieds des plantes et vers le soir pour permettre ainsi ces dernières de sécher. Ceci permet d’éviter que des maladies comme le mildiou, le botrytis ou l’alténariose ne se développent. Pour séparer les légumes de potentiels champignons nocifs, on peut aussi effectuer un paillage à une fréquence régulière. En outre, on n’oubliera pas d’aérer le sol pour que l’eau ne stagne car les maladies apprécient les sols humides et compacts. Le compagnonnage de certains légumes s’avèrera nécessaire. Par ailleurs, on veillera à alterner les rangs d’une même plante avec d’autres légumes ou même des fleurs, cela permet de réduire la prolifération des parasites et de certaines maladies. On évitera également un apport excessif d’engrais, surtout s’il est enrichi en azote. Pour réduire la prolifération de maladies, on peut tailler les feuilles qui effleurent le sol.

Comment lutter contre les maladies ?

Plusieurs maladies peuvent toucher les plantes du potager. Pour y remédier, certains gestes peuvent se révéler efficaces et différentes préparations peuvent aussi s’avérer utiles. Ainsi, pour se débarrasser de la pourriture grise, on peut utiliser une solution à base de prêle, du silicate de soude dilué ou encore du talc. Pour lutter contre le flétrissement des plantes, on peut se servir de la bouillie bordelaise. Quant au mildiou, on en vient à bout en utilisant entre autres une solution à base de prèle, du bicarbonate de soude, de la bouillie bordelaise, du soufre ou encore des extraits d’algues. Contre l’oïdium, on peut utiliser de la décoction de prèle, du soufre, du purin d’ortie, des extraits d’algues ou encore du feutrage blanc. Pour combattre la rouille, on usera du cuivre, de la décoction de prèle ou d’extraits d’algues. Enfin, pour lutter contre la tavelure, on peut faire appel à extraits d’algues ou encore la décoction de prèle.

dimanche 21 août 2011, par Hélène André