Journée nationale de l’Audition : résultats études médecins généralistes Nord-Pas de Calais

Dans le cadre de la Journée Nationale de l’Audition, les Laboratoires de correction auditive Renard vous informent des résultats d’une étude réalisée à leur demande.

Premiers dépistages auditifs chez le médecin généraliste :

plus de 64 %
des patients présentent
un trouble auditif ignoré

Cette étude, unique en France, a été initiée par le Groupe
Renard, Laboratoires de correction auditive indépendants
du nord de la France, et effectuée sur le secteur de
ROUBAIX TOURCOING WATTRELOS , de juin à décembre 2010,
auprès de 1 233 patients de 60 ans et plus.

Un test auditif chez le médecin généraliste

Dans le silence d’un cabinet de
consultation, un médecin généraliste
peut ne pas détecter un trouble auditif
chez son patient. En l’absence de conversation
sur le sujet ou d’un outil simple à utiliser, la
prise en charge de la malentendance est plus
aléatoire. C’est la raison pour laquelle, de
juin à décembre 2010, les Laboratoires de
correction auditive RENARD ont sollicité les
médecins généralistes de la zone ROUBAIX
TOURCOING WATTRELOS, afin qu’ils testent
systématiquement l’audition de leurs patients
âgés de 60 ans et plus avec un appareil de dépistage des
troubles auditifs (AUDIOTEST), quelle que soit la raison de la
consultation.

Il apparaît que :

- 64 % des patients concernés présentent
un trouble auditif ignoré.

Un questionnaire a permis de recueillir auprès de 57 médecins,
soit 68 % des participants à l’étude, les éléments suivants :

- 82 % des médecins ont dépisté à l’aide de ce
test une surdité chez des patients qui ne s’étaient
jamais plaint de perte auditive
- 44 % des médecins testeurs pensent que sans
l’AUDIOTEST , ils n’auraient pas suspecté les patients
pour lesquels une perte auditive a été mise en
évidence.
- 32 % DES MÉDECINS ne s’attendaient pas
à un tel taux de patients atteints de surdité.
- 81 % des médecins pensent que cette étude
a modifié leur attitude vis-à-vis de la surdité
et de sa prise en charge.
- 100 % des médecins testeurs s’accordent
à reconnaître que ce test a apporté un plus
à leur examen du patient.

Le grand enseignement de cette étude s’illustre par la difficulté,
pour les médecins généralistes de mettre en évidence des
problèmes auditifs ignorés des patients eux-mêmes, bien que
l’entourage, notamment familial, ait alerté de la situation.
En cas de dépistage d’une surdité (hypoacousie), elle devra
être confirmée et surtout mesurée de façon plus précise encore
afin d’apprécier la nécessité de sa correction. Un suivi ORL peut
ainsi être mieux abordé par les médecins généralistes.
La motivation à réaliser une telle étude est fondée sur le
principe de précaution concernant la privation sensorielle. Sa
diminution est un problème dont les médecins ont compris
l’enjeu.

Récemment, une étude américaine rélévait que la surdité
accroîtrait les risques de démence chez les personnes
vieillissantes ((AFP) – 15.02.2011 | 04:53 WASHINGTON —
Les personnes âgées atteintes de surdité paraissent avoir une
plus grande probabilité de souffrir de démence et ce risque
s’accroît quand la perte d’acuité auditive s’aggrave, selon les
résultats d’une recherche publiés lundi par la revue médicale
américaine « Archives of Neurology »).
Selon l’étude ACOUDEM du groupement de recherche
Alzheimer Presbyacousie (GRAP Santé), publiée dans le N°6
de la Revue de Gériatrie de juin 2007, tome 32, le risque relatif
de développer des troubles cognitifs est de 2,5 fois plus grand
chez les patients atteints de presbyacousie entraînant une
gêne sociale.

mardi 1er mars 2011, par Isabelle Baldini