Seniors, consacrez une partie de votre temps libre au bénévolat !

Distrayant, intéressant et motivant, le bénévolat intéresse de plus en plus de personnes. Et qu’y a-t-il de plus gratifiant que d’aider les autres ?

Le bénévolat : une activité prise au sérieux

Passé l’âge de 65 ans, un retraité sur deux ressent encore l’envie de servir à quelque chose, de rester actif. C’est en tout cas le résultat d’une étude menée par l’Ifop-France Bénévolat-Crédit Mutuel au cours de l’année 2010. C’est pour cette raison que les seniors sont aussi nombreux dans les associations de bénévoles en France. Plus qu’un simple loisir, le bénévolat réunit plus de 12 millions de bénévoles à l’heure actuelle, dont le tiers est essentiellement composé de seniors de plus de 60 ans. Bien entendu, il faut savoir qu’on ne devient pas bénévole du jour au lendemain. C’est un pseudo-métier qui ne s’improvise pas, mais qui peut heureusement s’apprendre.

Pourquoi devenir bénévole intéresse –t’il tant les seniors ?

Outre l’envie de partager et d’offrir son aide aux personnes qui en ont besoin, les seniors ont notamment deux bonnes raisons de se sentir concernées par les actions bénévoles. Dans un premier temps, on retrouve leur grande disponibilité : ils jouissent en effet d’un temps libre plus important, qui s’étale parfois sur des plages horaires considérables. Dans un deuxième temps, le désir d’être utile vis-à-vis de ses semblables qui se fait de plus en plus ressentir. En effet, plus que les autres générations, les seniors ont un certain penchant pour les activités à caractère social qui requiert un sens de l’humain, où le respect et l’écoute de l’autre sont privilégiés.

Comment devenir bénévole ?

Quand on a beaucoup de temps libre et une motivation de fer, une multitude de domaines existe pour faire du bénévolat. Il peut s’agir d’un parcours associatif d’aide aux jeunes écoliers ou étudiants en difficulté, d’apporter un soutien aux services des entreprises, etc. Attention, toutes les associations de bénévolat ne se ressemblent pas et l’organisation de chacune d’entre elles ne convient pas à tout le monde. On compte tout de même près de 22 % des bénévoles qui admettent avoir arrêté leur activité parce que les attentes de l’organisation qu’ils ont préalablement choisi ne convenaient pas à leurs espérances.

mercredi 20 février 2013, par Romain Morillon