Le lancement du nouveau test de dépistage du cancer colorectal

Le cancer colorectal pourra désormais être détecté grâce à un dispositif plus innovant, l’OC-Sensor. Par rapport à son prédécesseur, l’Hemoccult, ce test est plus simple et plus fiable.

OC-Sensor, le nouveau test de dépistage

Dans un communiqué, le ministère de la Santé précise que le nouveau test de dépistage du cancer colorectal est très attendu dans le secteur. Le dispositif, dénommé OC-Sensor, vient en remplacement du test Hemoccult au gaïac et s’inscrit dans le cadre du Plan cancer qui s’étend de 2014 à 2019. L’objectif du nouveau test est aussi de stimuler la participation au programme de dépistage du cancer colorectal. Quelques médecins l’ont déjà en leur possession depuis avril 2015. À terme, il est prévu que 16 millions de Français, principalement les 50-74 ans, puissent en bénéficier.

Le cancer colorectal : des conséquences importantes

En 2012, l’Institut national du cancer ou Inca a publié des chiffres effarants. Le cancer colorectal est le second cancer le plus meurtrier en France (après le cancer du poumon), avec 17.700 victimes annuelles. Les 42.000 cas recensés annuellement en font le troisième cancer le plus fréquent. Ces chiffres s’expliquent par le fait que les Français ne se soumettent que très rarement à un dépistage (33,7% de femmes et 29,6% d’hommes). Or, lorsque ce cancer est détecté suffisamment tôt, les chances de guérison sont importantes : 9 cas sur 10 se traitent parfaitement.

Les avantages du nouveau test

D’abord, l’OC-Sensor est plus fiable dans la mesure où certains polypes qui n’apparaissaient pas lors des tests à l’Hemoccult sont maintenant visibles. Toutefois, comme ce ne sont pas tous les polypes qui sont détectés, un renouvellement du test tous les deux ans est recommandé.

Toujours relativement à cette fiabilité, la présence de sang animal, qui pouvait fausser les résultats avec l’ancien modèle de test, n’a plus aucune incidence.
Ensuite, ceux qui se soumettent au dépistage n’auront plus de manipulations excessives des selles à réaliser. Ces manipulations, qui constituaient un véritable frein, passent de six à une seule. Le processus de prélèvement a également été simplifié et est rendu plus hygiénique.
Enfin, la performance de l’OC-Sensor est plus remarquable dans la mesure où il détecte deux fois plus de cancers et deux fois et demi plus d’adénomes avancés.

mercredi 27 mai 2015, par Romain Morillon