L’État réfléchit sur les personnes âgées dépendantes

Roselyne Bachelot envisage de nouvelles mesures pour faire face à la dépendance des personnes âgées.

Dépendance des personnes âgées et vieillissement de la population

Face à la problématique du vieillissement de la population, Roselyne Bachelot, la ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale est chargée de travailler sur les dispositions à prendre concernant la dépendance des personnes âgées. Elle aurait ainsi mis en place quatre groupes de travail qui ont pour objectif de trouver les solutions qui permettront à l’État de faire face à l’augmentation du nombre de personnes dépendantes. En effet, en tenant compte des critères d’attribution de l’APA, allocation personnalisée d’autonomie, environ 1,2 million de personnes âgées seraient en situation de dépendance en France.

Un nombre qui est en progression constante du fait du vieillissement de la population et de l’allongement de l’espérance de vie. Les prévisions faites tablent d’ailleurs sur une augmentation du nombre de personnes dépendantes qui serait de l’ordre de 1 % par an. Pour le gouvernement français et sa ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, le défi est donc de taille, étant donné que la prise en charge ces personnes représentent un coût important.

Le coût annuel de la dépendance s’élève à 21 milliards d’euros

Actuellement, cette branche constitue un poste où les dépenses sont très élevées puisque le poids de la dépendance atteint les 21 milliards d’euros par an. Selon Lutte Ouvrière, l’hebdomadaire de l’Union communiste, il est d’ailleurs fort probable que ce serait aux salariés de payer les surcoûts de la prise en charge des personnes âgées dépendantes. Les chiffres provenant des rapports officiels montrent que les deux tiers du budget consacré à la prise en charge des personnes dépendantes sont alloués par la Sécurité sociale.

En particulier par sa branche maladie qui finance les soins apportés aux personnes âgées en milieu hospitalier, dans les cabinets médicaux et dans les établissements spécialisés. Bien entendu, le financement de la Sécurité sociale sous-entend essentiellement le prélèvement des cotisations sociales sur les salaires, contrairement à ce qui se fait dans les pays nordiques où les financements proviennent généralement des prélèvements d’impôts.

Dépendance des personnes âgées : Les mesures envisagées par l’État

En ce qui concerne le tiers restant du budget de prise en charge des personnes en situation de dépendance, il est financé par les départements qui sont également chargés de verser l’Allocation personnalisée d’autonomie. Un poste qui mettrait également les salariés à contribution, du fait que l’APA est en partie financée par la CNSA, Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie. Une partie du financement de cette Caisse de solidarité est alimenté par les recettes provenant de la journée de solidarité.

Il s’agit de la journée de « travail gratuit » qui rapporte environ 2 milliards d’euros chaque année, et qui est imposée aux travailleurs depuis les nombreuses victimes enregistrées après la canicule de 2003. En outre, la dépendance est aussi financée par la cotisation CSG prélevée sur les salaires. Parmi les solutions envisagées par le gouvernement, il y a notamment la mise en place d’une deuxième journée de solidarité, l’augmentation des prélèvements CSG, l’obligation de souscription d’une assurance dépendance, ou encore la récupération d’une part des aides versées sur la succession des personnes aidées.

jeudi 13 janvier 2011, par Carole Mercier