Comment bien cultiver le piment ?

Le piment, qui se décline sous différentes variétés, se plante très facilement sur le balcon ou dans le jardin et même en intérieur en tant que plante décorative. Différentes astuces sont à mettre en pratique pour obtenir les meilleures récoltes. Découvrez comment et quand cultiver le piment.

Caractéristiques générales du piment

Le terme piment englobe plusieurs espèces annuelles. Cette plante, qui fait partie de la famille des Solanacées au même titre que les aubergines et les poivrons, provient d’Amérique centrale et d’Amérique du sud. Elle peut très bien être cultivée sous différents climats en tant que plante potagère.

On distingue cinq différentes espèces de piments faisant partie de la catégorie « Capsicum ». Citons notamment le Capsicum frutescens, le Capsicum pubescens, le Capsicum baccatum, le Capsicum annum - qui comprend les variétés Paprika, Cayenne, Ancho et les espèces décoratives comme peruvian purple - ainsi que le Capsicum chinense qui regroupe la famille de piments très forts. Ces derniers s’épanouissent mieux au sein d’un climat humide, chaud et tropical. Soulignons que le Capsicum annum est la variété la plus cultivée.

Comment bien cultiver le piment ?

Pour bien cultiver le piment, que ce soit en pot, en bac ou en pleine terre, quelques règles doivent être respectées. Celui-ci se plaît sur un sol meuble, léger et enrichi en matière organique, notamment en engrais et en compost. Le terrain doit, par ailleurs, être bien drainé. Pour la mise en place des plants, on choisira un emplacement bien chaud et ensoleillé, loin des courants d’air. Le piment apprécie une température dépassant 20°C allant jusqu’à 25°C. Pour que les fruits arrivent à maturité, la chaleur est fondamentale. La température ne doit pas descendre en dessous de 12°C.

Pour obtenir des belles récoltes, le piment doit être régulièrement arrosé, en particulier en période estivale. Malgré tout, il ne faut pas laisser de l’eau dans sa soucoupe. Lorsque l’on arrose cette plante, on visera le pied du plant et veiller à ne pas asperger le feuillage. Régulièrement, on se débarrassera des feuilles jaunies ou malades. Même que le piment supporte assez bien l’invasion des parasites, ce dernier redoute les ravageurs comme les pucerons et les acariens ainsi que les champignons comme la pourriture grise ou l’oïdium. Il faut donc être vigilant et prendre les mesures qui s’imposent en cas de contamination.

dimanche 7 août 2011, par Hélène André