Comment cultiver la mirabelle ?

Fruit du mirabellier, la mirabelle est particulièrement répandue dans la région Lorraine. Il s’agit d’une jolie prune ronde de couleur jaune. Certains fruits sont enveloppés d’une fine couche cireuse. En général, le goût de la mirabelle est très tendre et elle se consomme bien mûre. Voici comment procéder pour cultiver la mirabelle.

La culture de la mirabelle

En premier lieu, il faut savoir que l’arbre de la mirabelle redoute les gels tardifs. Ce fruitier apprécie tout type de terrain mais a tout de même préférence pour les sols argilo-calcaire riches en manganèse et en fer et bien drainés. Il ne pourra pas s’épanouir à des endroits où la température surpasse 25°c.

Le mirabellier est auto-fertile. Il compte parmi les arbres fruitiers dont la multiplication peut s’effectuer par semis. Celle-ci peut également se réaliser par greffe. Quoi qu’il en soit, la plantation de la mirabelle s’effectue dès le mois d’octobre. Pour favoriser la croissance de l’arbre, on enrichira le sol d’engrais, de terre et de fumier. On optera de préférence pour du fumier riche en phosphate ou encore de l’engrais organique. Chaque plant sera disposé dans un trou d’une profondeur de 50 centimètres.

Comment entretenir le mirabellier ?

L’entretien du mirabellier commence par un arrosage fréquent, en particulier au cours de la première année. Durant la floraison, il est conseillé de rajouter de l’engrais pour que le sol soit plus fertile et pour que l’arbre produise davantage de fruits. En outre, on soulignera que certains facteurs peuvent nuire à la croissance du mirabellier. Signalons entre autres les maladies et les insectes ravageurs.

Parmi les maladies qui touchent fréquemment cet arbre, il y a les champignons, la rouille, le plomb ainsi que les cloques. En guise de prévention, on peut utiliser des antimycosiques. Pour ce qui est des insectes, les plus courants sont les cochenilles, les pucerons mais aussi les carpocapses. Pour en venir à bout, rien ne vaut un bon insecticide. L’entretien du mirabellier comprend la taille. Cette opération doit être réalisée vers la fin de l’année de plantation. Pour cela, on coupera les branches longues de plus de trente centimètres.

vendredi 21 octobre 2011, par Hélène André