Comment réussir la culture du kumquat ?

Le kumquat appartient à la grande famille des agrumes. Cet arbuste donnera de l’allure à votre jardin et produira des savoureux fruits à manger avec leur peau. Découvrez quelques conseils pour réussir la culture du kumquat.

Le kumquat

Le kumquat est un fruitier qui pousse naturellement en Chine et en Malaisie. La hauteur de cet arbuste, dont les feuilles sont persistantes, peut atteindre deux à quatre mètres. La floraison survient entre le mois de mars et le mois de juin, époque à laquelle des belles fleurs blanches exhalant un doux parfum font leur apparition.

La récolte des fruits se fait à partir du mois de novembre, jusqu’au mois de janvier. Le kumquat se mange avec la peau. On peut l’utiliser pour préparer une délicieuse confiture.

Culture en pot

Le kumquat s’accommode très bien à la culture en pot. Il trouvera sa place au sein d’une serre ou sur une véranda. Quel que soit l’emplacement choisi, il devra profiter d’une bonne exposition au soleil et ne pas être exposé au gel pendant la saison hivernale.

Pour favoriser le développement du kumquat, plantez-le dans une mixture de terre du jardin et de terreau. Le fond du pot doit être troué afin d’éviter l’accumulation d’eau, ce qui pourrait causer un pourrissement des racines. On peut disposer des graviers, des cailloux ou des billes d’argile au fond du contenant pour favoriser l’évacuation de l’eau. Tout au long de la culture, l’arrosage sera régulier mais il ne faut pas être trop généreux.

Tous les deux ans, il faut procéder à un rempotage et déplacer le kumquat dans un pot plus large. L’opération sera entreprise durant le printemps ou lorsque l’été tire à sa fin.

Chaque été, il faudra sortir le pot pour qu’il profite pleinement des rayons du soleil. Pendant cette saison, on lui apportera de l’engrais spécial agrumes toutes les deux semaines.

Culture en pleine terre

La culture en pleine terre du kumquat est envisageable uniquement dans les régions qui bénéficient d’un hiver doux. Cet arbuste s’épanouira mieux au sein d’un climat méditerranéen ou mieux encore, dans un climat tropical. Dans tous les cas, il faudra lui choisir un emplacement bien ensoleillé et abrité du vent.

Le sol devra être léger et frais et bénéficier d’un bon drainage. Le kumquat n’appréciant pas l’excès d’eau, il faut attendre que la terre ait le temps de sécher entre les arrosages. Au cours de la culture, il faudra surveiller la plante et s’assurer qu’il n’a pas été attaqué par les aleurodes, les araignées rouges ou les cochenilles.

samedi 31 mars 2012, par Hélène André