Couperose : des traitements innovants

La couperose peut apparaître à tout âge, mais les plus de 50 ans sont plus exposés que les autres. Même elle ne représente aucun danger pour la santé, les sujets touchés sont gênés par son caractère inesthétique. Heureusement qu’il existe des traitements innovants pour la soigner.

Une affection chronique de la peau

La couperose est une affection chronique de la peau qui évolue, engendrant ainsi une inflammation et une rougeur au visage. Elle touche en premier le nez et les joues, mais peut également atteindre le menton et le front qui prennent un teint empourpré. La peau peut rougir à la suite d’une émotion, d’un changement de température ou d’un repas trop copieux. Les petits vaisseaux au niveau du visage se dilatent alors brusquement, apportant un important flux sanguin dans les zones précitées.

Les véritables causes de la couperose sont encore mal connues, mais les études ont démontré qu’il s’agit en fait d’une allergie à une bactérie. Certains scientifiques évoquent toutefois quelques pistes pour essayer de déterminer l’origine de cette pathologie. Ainsi, ils ont constaté que les individus les plus exposés sont ceux qui auraient la peau plus chaude que leurs congénères. Ils en ont déduit que la rosacée serait due aux acariens et à une bactérie dont la chaleur favorise le développement rapide.

Des techniques innovantes

Grâce à cette découverte, les chercheurs ont pu créer des produits cosmétiques, notamment des crèmes qui permettent de soulager la sensation inconfortable dont les sujets sont victimes. Les traitements visent à combattre la bactérie et d’effacer les rougeurs, l’effet pouvant durer entre 6 à 8h. Certains dermatologues prescrivent des anti-inflammatoires ou des antibiotiques. D’autres techniques innovantes aident à camoufler les lésions.

Les lasers représentent le meilleur moyen de lutter contre la couperose. Les instituts spécialisés disposent de plusieurs types d’appareils, comme le laser colorant pulsé, le KTP et le ND YAG. La prudence est de mise pour le choix du traitement. En tout cas, il faut éviter de se soumettre à une séance de soin durant la saison estivale pour pallier à tout risque d’hyperpigmentation. Les séquences doivent être espacées d’un mois. Les lasers s’avèrent plus efficaces que les crèmes et les substances médicamenteuses, mais ils ne sont pas remboursés par l’assurance maladie.

mardi 20 mai 2014, par Romain Morillon