Comment et quand planter le potiron ?

Le potiron est un légume très utilisé en cuisine. Entre purée, soupe ou tarte, son goût particulier n’arrête pas de surprendre les amateurs. En cultiver revient ainsi à inviter la saveur chez soi. Appartenant à la famille des concombres, ce légume d’Amérique centrale se plante d’ailleurs très facilement au jardin.

Les meilleures conditions de culture

Le potiron apprécie un environnement chaud et ensoleillé mais peut très bien être cultivé dans des régions à climat frais. Le semis est généralement effectué dès le mois de mars. Il est toutefois recommandé de semer vers mi-avril pour que le repiquage soit réalisé au bon moment. Le potiron se cultive idéalement sous une température comprise entre 15 et 20°C. En dessous de 12°C, la plante dépérit à coup sûr. En cas de froid extrême, le légume doit obligatoirement être mis à l’abri, notamment en faisant appel à des tunnels en plastique. Concernant la terre de culture, le potiron apprécie un sol bien drainé, léger et riche en matières organiques. L’idéal est d’utiliser du fumier biologique ou du compost pour stimuler le développement de la plante.

Semis en godets ou en pleine terre

Le potiron peut être planté soit directement en pleine terre soit en godets. La première option est la plus facile à réaliser. Les graines sont placées dans des trous espacés d’environ un mètre. Elles sont ensuite recouvertes de terre préalablement mélangée avec du compost. Il faut les arroser abondamment. La germination se produit en principe 5 jours après le semis et les premières pousses apparaissent au bout d’une semaine. Suivra une opération d’éclaircissement au cours de laquelle les plants les plus faibles seront éliminés pour une meilleure aération de la culture. Le semis en godets se réalise de la même façon qu’en pleine terre. La seule différence réside dans le fait qu’après l’éclaircissement, il faut procéder au repiquage.

Entretien et récolte

Pour bien se développer, le potiron exige un arrosage régulier et un milieu ensoleillé. Cultivé dans les meilleures conditions, il est particulièrement productif. La récolte peut se faire dès 5 à 6 mois après la plantation, généralement vers fin septembre ou début octobre. Pour savoir si la cueillette peut commencer, il suffit de vérifier si les pédoncules sont secs. Il faut également noter que bien qu’assez résistant, le potiron n’est pas insensible aux insectes et aux maladies. La chrysomèle et les pucerons comptent parmi les ennemis les plus courants de la plante. L’idéal est de prévenir les attaques en utilisant des insecticides et des fongicides bio. Pulvérisées régulièrement au pied de la plante, ces solutions permettent de réduire les risques de contamination.

vendredi 8 avril 2011, par Hélène André