Comment et quand planter le chou de Bruxelles ?

Faisant partie de la grande famille des choux, le chou de Bruxelles est apprécié, non seulement pour ses qualités nutritives mais aussi pour sa saveur. Il s’agit en plus d’un légume très facile à cultiver.

Présentation générale du chou de Bruxelles

Le chou de Bruxelles appartient à la famille des crucifères et des brassicacées. Egalement appelé chou à rejets, cette variété de chou herbacée possède une longue tige pouvant atteindre jusqu’à un mètre de long. A la différence des autres variétés de choux qui apprécient les fumiers affichant une forte teneur en azote, le chou de Bruxelles se plaît plus sur un sol moins riche. Planté dans ce type de terre, ce légume donnerait des petites pommes molles.

Le chou de Bruxelles se décline en plusieurs variétés dont certaines sont précoces et d’autres tardives. Ainsi, la récolte de ce légume peut s’étaler de septembre à mars. A noter que l’espèce précoce n’aime pas trop le froid. On soulignera également que la culture du chou de Bruxelles peut être associée à celle des laitues, des haricots nains, des oignons ou des navets. En revanche, elle n’apprécie pas la compagnie du radis noir, de la chicorée frisée et des fraisiers.

Comment procède-t-on au semis et au repiquage du chou de Bruxelles ?

Les semis du chou de Bruxelles se réalisent en pépinière et débutent vers la moitié du mois de mars et s’étend jusqu’à mai. On peut également les effectuer en février pour des semis réalisés sous abri. Il faudra semer en ligne, à une profondeur d’un ou deux centimètres. La levée des graines se fait assez vite, entre cinq et dix jours. Dès lors que les plants sont pourvus de cinq feuilles, il est possible de les repiquer, en prenant soin de choisir les meilleures parties. Il convient de noter que le chou de Bruxelles pousse mieux dans un sol frais qu’il faudra régulièrement pailler et biner. Il faudra également penser à arroser par temps sec.

La cueillette du chou de Bruxelles

La première cueillette du chou de Bruxelles commence dès le mois de septembre. On prélèvera en premier lieu les pommes situées à la base, lorsqu’elles sont assez grosses. On cueillera les tiges en fonction des besoins. Une fois que celles-ci sont recueillies, il faut les cuisiner immédiatement pour un meilleur goût. Autrement, il est aussi possible de les congeler, pour pouvoir ainsi en consommer tout au long de l’année.

lundi 30 mai 2011, par Hélène André