Comment cultiver la ciboulette ?

Utilisée en cuisine comme condiment, la ciboulette s’invite tout au long de l’année dans vos jardins. Ses fleurs violacées apportent une touche de couleur, tandis que son feuillage est tout simplement rafraîchissant. Ses bulbes sont, par ailleurs, prisées pour leur saveur délicate et parfumée. Mais comment planter la ciboulette pour bénéficier de bonnes récoltes ? Voici les principaux points à respecter :

Le bon moment et le bon endroit pour planter

La ciboulette se cultive par semis ou par plantation. Le semis est réalisé au tout début du printemps, dès le mois de février ; tandis que la plantation se fait un peu plus tard, vers le mois de mars ou avril. Cette plante bulbeuse, appartenant à la même famille que l’ail, apprécie particulièrement une terre de culture souple, fraîche et peu humide. Elle se cultive, par ailleurs, en plein soleil et, avant la plantation, il est nécessaire d’enrichir le sol afin d’obtenir de bonnes récoltes. La ciboulette a également besoin d’une bonne dose d’eau, ce qui implique quelques séances d’arrosage lorsque le temps est sec. Et afin de profiter de la ciboulette durant de longues années, il est nécessaire de la diviser tous les 3 ans, en automne ou au printemps.

Le semis et la plantation proprement dits

Le semis de la ciboulette se fait en lignes, dans des sillons espacés entre 15 et 20 cm environ. L’idéal est d’abriter la culture dans une pépinière. Le transfert dans le jardin s’effectue uniquement lorsque les plantules ont atteint une hauteur de quelques centimètres. La culture de jeunes plants de ciboulette se fait dans des sillons, mais avec un espacement de 10 cm environ. Les plantules sont placées en terre par groupe de 4 ou 5. Après avoir recouvert la terre de plantation, il est alors nécessaire d’arroser en pluie fine. Il ne faut pas oublier, par ailleurs, de diviser la ciboulette pour la faire régénérer. Il suffit de couper la touffe en deux, au niveau du centre et de replanter ensuite chaque partie individuellement.

dimanche 5 octobre 2014, par Hélène André