Comment cultiver l’arum ?

L’arum ou Zantedeschia aethiopica est une fleur appréciée du fait de son magnifique cornet. Cette plante herbacée vivace et rhizomateuse présente, en plus l’avantage de s’adapter à différents milieux. Voici quelques conseils pour cultiver l’arum.

Les conditions de culture de l’arum

En cas de culture en pot de l’arum, prendre un contenant doté d’un trou d’évacuation d’eau et qui soit suffisamment large (environ quarante centimètres de diamètre). A noter que les pots non percés peuvent aussi convenir.

Que ce soit en pot ou en terre, il est toujours conseillé de choisir un endroit bien ensoleillé mais pas trop chaud au risque de rendre le sol trop sec. Dans la mesure où l’arum pousse naturellement dans des zones marécageuses, l’idéal est de l’installer dans un lieu frais et humide.

Pour faire de l’arum une plante aquatique, il suffit de le placer dans une pièce d’eau voire dans un bassin. Comme l’arum supporte mal le froid, sa culture s’entreprend dès le commencement du printemps.

Les étapes de culture et l’entretien de l’arum

Pour une culture en pot, commencer à remplir ce dernier avec du terreau. Enfouir les bulbes à cinq centimètres de profondeur en terminant par un arrosage.

En pleine terre, il faut d’abord creuser un trou d’une profondeur de quarante centimètres. Enduire ensuite le fond de la cavité avec une couche d’argile ou de terre bien lourde. De cette manière, le sol conserve bien l’eau tout en restant poreux. Par la suite, enfouir les bulbes en terre à une profondeur de dix centimètres pour garantir une meilleure protection contre le froid.

Pour que la plante puisse mieux faire face au gel, un paillage des pieds de l’arum et des rhizomes à l’aide de feuilles séchées est nécessaire. Prévoir un espace d’une trentaine de centimètres entre les plants pour permettre aux larges feuilles de se développer.

Afin d’obtenir une belle floraison, enrichir la terre avec du compost, de la tourbe ou avec de l’engrais spécial bulbes. La plantation en pleine terre se termine par un arrosage. A noter que l’arrosage doit être régulier jusqu’à la fin de la floraison.

mardi 1er mai 2012, par Hélène André