La cigarette électronique : réellement efficace pour arrêter de fumer ?

Arrêter de fumer n’est pas chose facile. Les accros à la nicotine peuvent toujours se rabattre sur la cigarette électronique, commercialisée en 2004. Tout est bon pour diminuer sa consommation et surtout pour fumer dans les lieux publics. Pourtant, elle crée des débats sur son efficacité.

La e-cigarette, une révolution technologique

Mise au point par le pharmacien chinois Hok Lik en 2003, la cigarette électronique a la même forme qu’une vraie cigarette. Fonctionnant avec des batteries, elle dispose d’un système produisant une fumée factice ou de la vapeur, toujours à base de nicotine qui aide le fumeur à pouvoir doser sa consommation. Dès que la personne prend une bouffée, une petite diode électroluminescente ou DEL s’allume. Elle comprend également une cartouche remplie d’un liquide contenant un arôme proche de celui du tabac.

La cigarette électronique, une alternative pour les fumeurs

La cigarette électronique possède des avantages non négligeables pour les personnes qui veulent arrêter de fumer ou souhaitent réduire leur consommation. Question santé, la e-cigarette est moins nocive, que ce soit pour le fumeur ou son entourage. Elle ne contient pas de goudron, pas d’odeur et ne comporte que deux agents chimiques contre 400 pour les cigarettes classiques. Au niveau juridique, la cigarette électronique est régie par des lois le considérant comme un appareil médical. Au niveau financier, l’achat des e-cigarettes revient moins cher à moyen terme, permettant aux fumeurs de faire des économies.

Des études en cours ?

En raison du manque d’études, la cigarette électronique est utilisée comme une méthode de sevrage. En 2001, l’Afssaps, devenue Agence nationale de sécurité du médicament ou ANSM conseillait, aux fumeurs de ne pas avoir recours à la cigarette électronique. Les e-liquides qu’elle contient, notamment du propylène glycol ou du glycérol, pourraient entraîner une exposition cutanée ou orale accidentelle. La e-cigarette n’est pas commercialisée, elle est disponible uniquement sur des sites spécialisés sur Internet. La majorité des recharges liquides des cigarettes électroniques en France contient une concentration de nicotine inférieure à 20 mg/ml. Elle ne peut donc pas devenir un substitut nicotinique.

vendredi 10 mai 2013, par Romain Morillon