Le bon choix du contrat d’assurance dépendance

La souscription à une assurance dépendance englobant des contrats d’assistance et de prévoyance s’avère opportune pour les seniors. Voici donc quelques conseils pour faire le bon choix de cette couverture.

Étudier les différentes clauses des contrats proposés

Le bon choix du contrat d’assurance dépendance consiste à étudier au préalable différents points qui revêtent toute leur importance pour que la couverture réponde en adéquation aux attentes du souscripteur. Pour pouvoir accéder à une telle garantie, il faut en premier lieu que l’adhérent soit âgé au minimum de 50 ans, et au maximum de 74 à 77 ans. Par la suite, il s’agit de vérifier si les prestations proposées par les assureurs et les conditions d’attribution sont conformes à vos aspirations.

En effet, si les modalités d’octroi s’avèrent trop strictes, l’assuré risquerait de ne pas bénéficier de la rente en temps opportun. Il est donc conseillé d’établir un tableau comparatif qui mettra en exergue les spécificités des couvertures proposées par les différentes sociétés d’assurance en fonction de votre état de dépendance et voir comment elles évaluent cette perte d’autonomie. Il est aussi primordial de vérifier si l’assurance tient compte d’une dépendance partielle. Par la même occasion, il est nécessaire de connaître l’étendue des garanties et les prestations complémentaires suggérées.

Assurance dépendance : attention au délai de carence et aux clauses d’exclusion

Pour faire le bon choix du contrat d’assurance dépendance, il s’agit également de savoir si l’évaluation de votre état de santé est réalisée par votre médecin traitant ou bien s’il faut obligatoirement passer par un praticien agrée par l’assureur. Une attention particulière sera accordée aux clauses relatives au délai de carence. C’est la période durant laquelle la société d’assurance ne prend pas encore en charge les prestations en cas d’aléa. Elle est décomptée à partir de la date de souscription.

Toutes les conventions de dépendance comportent ce délai de carence dont la durée varie entre un an et trois ans, selon les compagnies d’assurance. Si une pathologie ou un accident survient pendant ce délai, le souscripteur ne sera pas en mesure de bénéficier des garanties prévues par la couverture. Il faut donc vérifier si les dispositions du contrat programment un remboursement des cotisations versées si un impondérable apparaît pendant cette période. Enfin, il s’agit de bien examiner les éventuelles clauses d’exclusion, de comparer les différentes propositions des assureurs.

mercredi 3 novembre 2010, par Hélène André, Romain Morillon