Soins du cancer de la prostate : de nouvelles techniques plus douces et efficaces

D’énormes progrès ont été réalisés dans le domaine des soins du cancer de la prostate. Les hommes qui en souffrent peuvent désormais recourir à de nouvelles techniques médicales plus douces et pourtant très efficaces.

Une excellente alternative à la chirurgie

Grâce à l’évolution de la technologie et aux différentes recherches scientifiques, il est possible de soigner définitivement le cancer de la prostate, à condition que la pathologie n’ait pas été repérée trop tardivement. Par ailleurs, l’application de ces nouvelles méthodes permet de préserver les fonctions érectiles et urinaires des patients. Ces thérapies modernes se présentent comme une excellente alternative à la chirurgie.

Ces techniques sont particulièrement recommandées aux hommes ayant plus de 70 ans et qui souffrent du cancer de la prostate et pour qui une intervention chirurgicale est contre-indiquée. Elles sont également sollicitées en cas de récidive de la maladie après une cure de radiothérapie. Les thérapeutes choisissent le traitement en fonction du type de la tumeur, de sa localisation, de sa taille, de l’âge ainsi que des antécédents médicaux du patient.

Les différentes méthodes

La curiethérapie recourt à l’usage de petits grains radioactifs qui sont introduits dans la prostate du malade. Ces éléments visent à détruire la tumeur. Ce traitement ne présente aucun risque d’incontinence. Après la cure, seulement 15% des patients ont eu des troubles de l’érection.

La photothérapie dynamique est actuellement au stade d’évaluation dans 13 centres médicaux français. Cette nouvelle technique consiste à supprimer la zone affectée par le biais de la combinaison d’un produit photosensibilisant et de fibres laser.

La radiothérapie externe : le patient doit se soumettre à une trentaine de séances pour obtenir des résultats similaires à la chirurgie avec des conséquences moindres sur sa sexualité. Les statistiques ont démontré que plus de la moitié des hommes traités ont évité les séquelles à ce niveau de l’organisme.

La cryothérapie consiste à détruire la tumeur par le biais de la réfrigération. Cette méthode qui est déjà très courante aux États-Unis n’est appliquée que dans deux centres en France.

Les ultrasons de haute intensité représentent une technique assez récente qui n’est encore pratiquée que dans 40 établissements médicaux français à titre d’essai. Il s’agit d’introduire par l’anus une sonde qui permet de brûler la tumeur. Le lobe malade est ainsi détruit tandis que la bandelette érectile reste intacte.

mardi 14 mai 2013, par Romain Morillon