Le réseau Audition Conseil

Un ensemble de spécialistes de la correction auditive qui partagent
les valeurs communes que sont la proximité, la qualité de l’écoute,
l’accompagnement des patients et le sens du service. En savoir plus : journée nationale de l’audition

1 – Une enseigne nationale de proximité

Créée en 1988, l’enseigne Audition Conseil regroupe plus de 300 centres de correction auditive
indépendants, répartis sur l’ensemble de l’hexagone et DOM-TOM. Chaque centre Audition
Conseil est placé sous la responsabilité d’un audioprothésiste qui suit personnellement chaque
patient. Parce que l’acquisition d’une aide auditive est un achat très impliquant, souvent mûri
pendant plusieurs années, il est indispensable d’être accompagné durant tout le processus par
un professionnel.

Indépendants, les audioprothésistes Audition
Conseil ne sont tributaires d’aucuns partenariats
commerciaux avec les fabricants. Ils peuvent
ainsi proposer à leurs patients différents choix
d’équipements sélectionnés parmi les plus grandes
marques d’aides auditives et d’y associer les
réglages adéquats pour garantir à chaque patient
une solution auditive totalement personnalisée.

Les atouts majeurs : Indépendance Suivi personnalisé des patients.Certification ISO 9001

Les atouts permettent aux audioprothésistes de proposer à leurs
patients différents choix d’équipements parmi les plus grandes
marques d’aides auditives et d’y associer les réglages personnalisés qui
permettent d’optimiser chaque solution technique, sans être tributaire
de partenariats commerciaux avec les marques.
Les audioprothésistes du réseau accompagnent leurs clients de manière
individualisée dans toutes les étapes de leurs parcours : diagnostic,
conseil, suivi, entretien, SAV.
Cette politique de recherche de qualité a été récompensée en 2009 par
l’obtention de la certification ISO 9001, certification qui fait d’Audition
Conseil la première enseigne indépendante dans le domaine de l’audition
à obtenir cette distinction.

2 - L’audioprothésiste Audition Conseil au coeur du dispositif

Une aide auditive aussi performante soit elle ne peut représenter à elle seule la solution. Avant de préconiser un appareil il
faut passer par une étape préliminaire qui analyse la compréhension des besoins et attentes de la personne. La correction
auditive est un processus dans lequel le client doit être accompagné pour choisir la solution la mieux adaptée à son mode
de vie.

Audition Conseil a mis en place un concept d’espace spécialisé, dédié à
l’amélioration du sens de l’ouïe. Dès l’accueil, un cadre dédramatisant
permet d’entamer le dialogue entre patient et audioprothésiste et ainsi créer
la relation de confiance indispensable à toute première visite.
Métier encore mal connu, l’audioprothésiste joue un rôle déterminant
auprès des personnes malentendantes qu’il accompagne d’un point de
vue psychologique et technique. Professionnel de santé, l’audioprothésiste
délivre des conseils personnalisés, sélectionne la meilleure solution auditive,
assure son adaptation et effectue le contrôle permanent de l’appareil. Il
assure également l’éducation prothétique du patient et s’engage à un contrôle
permanent de l’efficacité de l’appareil.

Véritable pédagogue auprès des personnes appareillées et de leur entourage, il joue en outre un rôle de prévention face
aux risques engendrés par les nuisances acoustiques.

Zoom sur la nouvelle campagne de com de la marque

« Dans Audition Conseil, il y a conseil » une nouvelle signature pour le réseau qui vise à
mettre en avant le rôle de l’audioprothésiste aux côtés des patients. Savoir faire, conseils
et accompagnement personnalisé sont déterminants pour la bonne adaptation d’un
appareillage auditif.
Et parce que ce sujet touche des profils de plus en plus jeunes et divers,
c’est une oreille en 3 D qui incarne le patient dans la nouvelle campagne
de communication de la marque. Ce parti-pris stratégique est une
manière symbolique et décalée de dédramatiser le port de l’aide
auditive et de se démarquer de la concurrence.

Parcours type d’un patient.

Diagnostic

Une fois le diagnostic ORL posé, le premier rendez-vous avec l’audioprothésiste a pour objectif de réaliser un bilan
audiométrique poussé, accompagné de tests de compréhension des sons et des paroles pour définir le modèle d’aides
auditives le mieux adapté.

Le choix de la solution auditive est ensuite déterminé selon plusieurs critères :
- Le degré de perte d’audition,
- La forme de l’oreille et notamment la taille du conduit auditif,
- La personne, son âge et ses facultés de manipulations des différents types de matériel.

La phase suivante consiste à choisir le type de circuits utilisés
pour le fonctionnement de l’aide auditive. Celui-ci dépend
du pourcentage de perte d’audition et du budget imparti
à l’appareillage.
Plus les logiciels de programmations utilisés seront complexes,
plus le coût sera important (variation de 790 euros à 1900 euros
selon le type d’appareils).
Une fois le modèle défini, l’audioprothésiste procède enfin à
la prise d’empreinte du conduit auditif pour la fabrication de
l’embout auriculaire.

Adaptation de l’aide auditive

Cette deuxième étape se concentre essentiellement sur l’adaptation de l’aide auditive : réglages, programmation et
apprentissage de la manipulation. A l’issue de ce rendez-vous le patient est en mesure de procéder seul à la pose et à la
dépose de ses appareils, d’en effectuer les réglages de base et d’en changer les piles.
Au cours de cette période d’essai, des rendez-vous réguliers sont programmés afin d’effectuer un contrôle de la bonne
adaptation de l’appareil, d’en affiner les réglages et d’accompagner le patient dans la phase de rééducation de l’oreille.

Lorsque l’audition baisse, c’est toute une partie du cerveau qui n’est plus stimulée et qui par conséquent perd l’habitude
« d’entendre » certains sons. Grâce au port d’un appareil auditif, certaines cellules, privées d’informations
auditives pendant plusieurs années, sont à nouveau sollicitées. C’est une des missions de l’audioprothésiste
que d’accompagner cet apprentissage en adaptant les réglages de l’appareil aux progrès réalisés par
le patient. Il faut en effet un port d’un à trois mois pour que les nouvelles références sonores se créent,
et viennent coïncider avec les références antérieures, présentes dans la mémoire auditive du patient.

La rééducation auditive suivra donc plusieurs étapes : de la reconnaissance
de l’opposition bruit-silence, jusqu’à la compréhension d’un discours entendu
au téléphone dans un bureau bruyant, en passant par la reconnaissance et
la correction de votre propre voix ou l’identification des bruits du quotidien.
A l’issue de cette période d’essai, la majeure partie des patients adoptent
leurs aides auditives et déclarent ne plus pouvoir s’en passer.

Démarches administratives

La dernière étape concerne la partie administrative. L’audioprothésiste
Audition Conseil se charge en amont de prendre contact avec les mutuelles
pour étudier au cas par cas le montant des remboursements. Il est également
en mesure de proposer des solutions de financement personnalisées.

Les modalités de remboursement de la Sécurité Sociale

sont fonction de l’âge des patients :
- Les plus de 21 ans bénéficient d’un remboursement égal à 65% d’un tarif forfaitaire de 199,71 euros,
complété par les mutuelles,
- Les moins de 20 ans et les malvoyants sont pris en charge à 100% du pris de l’appareillage.
(Tarif Interministériel des Prestations Sanitaires).

Les mutuelles, quant à elles, remboursent de 2 à 5 fois la base de la Sécurité Sociale, voire la totalité des
contrats, selon les cas.
Une allocation forfaitaire annuelle de 36,59 euros par aide auditive est également destinée à couvrir l’achat
des piles et produits d’entretien.

Contrôle et entretien de l’appareillage

Elle s’inscrit dans la durée puisqu’elle concerne le contrôle régulier de l’appareillage et son entretien, tout au long de
sa durée de vie (4-5 ans en moyenne). Ce suivi a pour objet d’affiner les réglages, de vérifier la bonne adéquation de
l’appareillage au mode de vie du patient et de contrôler l’entretien quotidien effectué sur l’appareil. Chaque année, un
contrôle plus poussé est effectué afin de vérifier que l’adaptation de l’appareil est toujours optimale.

En l’absence de démarche de dépistage systématique de la déficience auditive en France, le métier d’audioprothésiste
s’avère aujourd’hui stratégique. Se situant à la frontière des métiers de santé et de service, l’audioprothésiste est
l’interlocuteur clef pour accompagner le patient, de la phase de diagnostic à celle d’appareillage. Au-delà d’un conseil
technique, il est également celui qui contribue à lever les freins psychologiques autour d’une démarche encore trop
souvent perçue comme invalidante. Et parce que la réussite d’un appareillage repose essentiellement sur la qualité de
l’accompagnement du patient, l’ensemble des services apportés par l’audioprothésiste Audition Conseil est inclus dans
le prix d’achat de la solution auditive.

Zoom sur Audition Conseil, partenaire des professionnels

Partenaire stratégique des ORL dans la mise en oeuvre de solutions auditives prescrites, la marque
Audition Conseil met également en place un certain nombre de démarches à leurs côtés : participation
et organisation de colloques, de journées d’études …

- Audition Conseil est partenaire du Congrès ORL PACA, qu’elle co-organise,
- Des journées d’études pour la formation médicale continue du Collège Lyonnais ORL-CCF,
- Créées en 2007 par Audition Conseil, les Assises ORL de l’Océan Indien ont lieu tous les 2 ans en présence des plus
grands noms de la recherche et de la médecine ORL,
- Participation au Congrès de la Société Française d’ORL et de la Chirurgie de la Face et du Cou,
- Participation aux assises ORL de Nice,
- Partenaire de la Journée Nationale de l’Audition.

L’objectif de cette démarche permet que tous les audioprothésistes du réseau
Audition Conseil soient informés des dernières recherches médicales comme
des nouvelles solutions technologiques disponibles sur le marché.

lundi 28 février 2011, par Isabelle Baldini