Audition Conseil - Diagnostic et solutions techniques

Quelque soit les causes originelles, la baisse de l’audition se caractérise généralement par une diminution progressive
et insidieuse des capacités auditives. En savoir plus : journée nationale de l’audition

Certaines voix sont plus faciles à comprendre que d’autres, certains interlocuteurs
parlent trop vite, les jeunes articulent de moins en moins bien, les présentateurs de télévision ne savent plus parler
distinctement comme avant, certains films sont mal sonorisés….

1 - Une oreille, comment ca marche ?

L’oreille associe une fonction de perception, destinée à capter les sons, à une
fonction de transmission qui consiste à rediriger les informations reçues au
cerveau. Système complexe, l’oreille est composée de 3 parties :

l’oreille externe

son rôle est de capter
les sons et de les
acheminer vers le
tympan à travers le
conduit auditif.

l’oreille moyenne

elle agit comme un microamplificateur.
Les vibrations
captées sont amplifiées
puis transmises à travers la
chaine des osselets vers
l’oreille interne et la cochlée.

l’oreille interne

son rôle est de transformer le
son en stimulation électrique
et de transmettre celle-ci au
cortex via le nerf auditif. Elle se
compose de 2 parties : l’organe
de l’audition (ou cochlée) et
l’organe de l’équilibre.

L’élément sensoriel de l’audition est l’organe de Corti. Il s’étend tout le long de la cochlée et contient des milliers de
cellules sensorielles ciliées, reliées à des fibres nerveuses provenant du nerf auditif.

On compte le long de la cochlée humaine plus de 15 000 cellules ciliées qui sont reliées à environ 35000 fibres nerveuses.
Une exposition prolongée à un fort volume sonore peut entrainer leur altération partielle ou totale … sachant qu’une fois
détériorées ces cellules ne se régénèrent pas.

Symptômes et signes avant-coureurs d’une baisse d’acuité auditive

Conséquence naturelle du vieillissement, c’est vers la quarantaine que la capacité auditive commence à diminuer ; vers
80 ans, plus de la moitié de la population souffre d’une surdité assez importante. La surdité liée à l’âge a pour nom la
« presbyacousie ».

D’autres causes peuvent entraîner une diminution des capacités auditives :
- un environnement urbain ou professionnel extrêmement bruyant,
- certaines affections ou traitements médicamenteux
- des lésions de l’oreille externe ou moyenne.

L’exposition au bruit est une autre cause fréquente de surdité.

L’installation de la baisse d’acuité auditive provoque également le réflexe non conscient de tenir compte du mouvement des
lèvres de l’interlocuteur pour mieux comprendre la parole : ce comportement est l’un des premiers indicateurs manifeste
d’une baisse de l’audition. Il arrive également souvent que ce soient les proches qui les premiers remarquent le problème
plutôt que la personne concernée. Pour preuve, lorsque l’habitude de faire répéter est prise, la déficience auditive a déjà
atteint 40%.

Zoom sur les différents troubles auditifs

La presbyacousie

La presbyacousie, phénomène naturel comparable à la presbytie, intervient autour de la soixantaine, et représente
80% des cas de baisse de l’audition.
Statistiquement, les effets de l’âge se font sentir plus dans les
hautes fréquences que dans les fréquences basses, et plus chez
les hommes que chez les femmes. Avec le temps, la détection
de sons très aigus (4 kHz à 8 kHz) devient plus difficile, et la
perception de la parole est affectée, surtout pour les consonnes
sifflantes (S, Z, Ch) et les fricatives (F, V). Les deux oreilles ont
tendance à être affectées.

Les troubles graves d’audition commencent avec la perte de
perception des fréquences supérieures à 1000 Hz.
La presbyacousie correspond à une atteinte diffuse du système
auditif, de l’oreille moyenne jusqu’au système nerveux. Elle est la
conséquence de mécanismes divers, dont les effets se combinent
 : perte de souplesse des mini-muscles qui gèrent le dispositif des
osselets

La presbyacousie peut être conditionnée :

- par des facteurs génétiques : il existe des
familles où la presbyacousie se manifeste plus
tôt et plus intensément,
- par certaines maladies telles que
l’artériosclérose, diabètes, hypertension …,
- encouragée par certains modes de vie :
consommation excessive de matières
grasses (facteur d’accélération de
l’artériosclérose), tabagisme, voire l’usage de
certains médicaments.

Les acouphènes

Les acouphènes sont une dysfonction auditive. Sifflements, bourdonnements, chuintements … différents types de sons
peuvent être perçus de manière occasionnelle, intermittente ou continue.
Le nombre de français atteints d’acouphènes dépasserait les 3 millions (ce qui est loin d’être une pathologie rare).
Les acouphènes ne sont pas une maladie, mais un symptôme très souvent relié à une perte d’audition. Selon certaines
hypothèses de spécialistes, l’acouphène serait un « signal fantôme » généré par le cerveau en réponse à un endommagement
des cellules de l’oreille interne. Deux facteurs principaux sont reliés aux acouphènes :
- la perte d’audition attribuable au vieillissement,
- une exposition excessive au bruit.

2 - Les solutions techniques existantes

Atouts de l’audition numérique :

- Élimination du souffle interne à l’appareil, ce qui permet de corriger la plupart des baisses de l’audition dues à la
presbyacousie,
- Adaptation automatique de l’amplification des sons au niveau sonore ambiant,
- Meilleur traitement des variations d’intensité,
- Possibilité de séparer le traitement de la parole et celui du son. La technologie numérique permet de faire la différence
entre un simple bruit ou un son lié à la parole, ce qui est fondamental pour la compréhension, notamment en milieu
bruyant.
- La miniaturisation des composants permet de fabriquer des appareils aujourd’hui de plus en plus discrets, voire invisibles,
et dotés d’un design qui n’a rien à envier aux accessoires hifi actuels.

De l’appareil d’entrée de gamme au modèle plus sophistiqué, les aides audionumériques actuelles offrent une excellente
qualité de restitution sonore, une extrême discrétion et grande facilité d’utilisation. Les écarts de prix s’expliquent par
l’ajout de fonctionnalités complémentaires, telles que les connexions Bluetooth ou wifi. Selon les cas, l’audioprothésiste
est en mesure de préconiser différents types de solutions techniques :

Le micro-contour d’oreille

Le micro-contour d’oreille est la forme la plus connue, et la plus vendue en raison de son
efficacité et de sa fiabilité (entre 7 à 8 aides auditives sur 10). Il se porte courbé derrière
l’oreille ou accroché à la monture des lunettes et se compose de deux parties :
- le contour est la partie électronique de l’appareil acoustique, qui se place derrière le
pavillon. Il permet le maintien de l’appareil et la transmission du son dans le conduit.
- l’embout auriculaire se situe dans le conduit auditif. Il est relié au contour par un
embout transparent.

Les modèles actuels intègrent des processeurs de dernière génération extrêmement puissants ; ce type d’aide
auditive est ainsi parfaitement adapté à tous les différents niveaux de déficience auditive.

L’intra auriculaire

Les modèles intra-auriculaires sont composés d’un microphone miniature pour détecter
les sons qui se loge directement dans le conduit auditif, ce qui le rend pratiquement
invisible. S’il convient à beaucoup de types de déficience auditive, il est néanmoins
contre indiqué dans le cas de surdité supérieure à 50 dB de perte.

Les solutions Open

L’apparition récente d’appareils à embout ouvert (également baptisées solution Open) représente
une véritable évolution. Esthétiques et dotés des technologies les plus avancées comme l’anti-effet
larsen, ces mini-contours numériques disposent d’un embout qui n’obstrue pas le conduit auditif de
l’oreille. Ils sont quasi-invisibles et restituent une audition proche du naturel. Adaptés initialement pour
les personnes présentant une gêne auditive légère, ces appareils sont désormais capables de corriger
la plupart des baisses de l’audition.

Les solutions RI C ou appareil avec écouteur déporté dans l’oreille

Nouvelle évolution du mini-contour récemment apparue, l’écouteur-déporté dit RIC (pour « Receiver in the canal »)
est, comme son nom l’indique, directement positionné dans le conduit auditif du patient. Ceci permet d’obtenir un
appareil plus discret que les contours, qui corrige des pertes auditives de plus de 80 dB.

Le RIC à l’avantage d’être extrêmement discret et facile à porter. Il s’adresse
tout particulièrement aux personnes très actives et aux sportifs. Légers et très
confortables, les appareils avec récepteur déporté procurent une grande liberté
d’action. Ce système d’appareil a su séduire la génération issue du baby boom qui
se préoccupe davantage de son apparence.

Les solutions issues de la communication sans fil haut débit

Bluetooth et Wifi représentent une avancée significative pour l’audition numérique en élargissant
les possibilités de communication. La technologie Wifi permet par exemple de connecter 2
prothèses entre elles et d’améliorer la localisation spatiale des sons. Le Bluetooth permet lui
de connecter directement ordinateurs portables, téléphones mobiles, lecteurs MP3 aux aides
auditives. Ces options permettent d’adapter les aides auditives aux conditions de vie et aux
besoins de chacun.

lundi 28 février 2011, par Isabelle Baldini