Assurance maladie : vers une diminution des durées d’hospitalisation ?

L’Assurance maladie envisage de mettre en œuvre de nombreuses mesures pour combler son déficit. Elle propose, entre autres, de raccourcir les séjours à l’hôpital après un accouchement ou certaines opérations orthopédiques. Les actes en ambulatoires seront aussi développés. Détails.

Trois milliards d’économies escomptés sur 3 ans

Le 2 juillet 2015, la CNAMTS (Caisse nationale d’assurance maladie pour les travailleurs salariés) a présenté les moyens qu’elle préconise pour réduire son déficit. Elle propose un encadrement plus performant des dépenses liées aux transports des patients, une limitation des examens futiles, une prescription de médicaments génériques, des méthodes plus efficaces pour prévenir les pathologies chroniques et un contrôle plus strict des arrêts maladies. Grâce à l’application de la vingtaine de dispositions figurant dans son rapport, l’Assurance maladie compte réaliser des économies s’élevant à trois milliards d’euros sur trois ans.

La CNAMTS suggère ainsi de restreindre à 3 jours la durée du séjour en hôpital en cas de maternité, au lieu des 4,2 jours accordés auparavant. Sur 5 ans, l’Assurance maladie table sur une économie de 425 millions. Pour garantir la santé de la mère et de l’enfant, elle préconise un accompagnement plus adéquat du retour à domicile grâce à un programme spécifique organisant la liaison entre la sage-femme, la jeune maman et l’Assurance maladie. Un soutien familial est aussi sollicité afin de réduire au minimum les risques de pathologie après l’accouchement.

Accroître le nombre d’actes ambulatoires

La durée moyenne d’hospitalisation pour une opération concernant la pose d’une prothèse pour la hanche ou le genou, sauf cas de traumatologie, pourrait être réduite à 6 jours, soit environ 3 jours de moins qu’aujourd’hui. L’application de cette mesure requiert toutefois une prise en charge plus efficace des malades par les professionnels qui œuvrent en dehors de l’univers hospitalier.

L’Assurance maladie recommande en outre un meilleur ciblage des traitements et une augmentation des opérations ambulatoires. Grâce à cette option pour la chirurgie ambulatoire, la CNAMTS compte économiser 836 millions d’euros, dont 238 millions sont générés par la diminution du temps d’hospitalisation après la maternité. Les accouchements en ambulatoire permettront à l’Assurance maladie de faire 78,4 millions d’économies. À l’horizon 2018, 450.000 accouchements seraient exercés en dehors du cadre hospitalier.

jeudi 30 juillet 2015, par Romain Morillon