L’andropause : la ménopause au masculin

Scientifiquement, les femmes ne sont pas les seules à être victimes de troubles sexuels à un âge avancé. Arrivés à un certain âge, certains hommes peuvent également souffrir d’andropause.

L’andropause : une diminution sévère de la testostérone

L’andropause est un trouble hormonal qui touche les hommes à l’approche de la cinquantaine. L’existence de ce trouble a été soupçonnée dans les années 40 mais c’est à partir de l’année 2000 qu’on a commencé à le dépister. L’andropause se caractérise par une diminution progressive de la testostérone liée au courant sanguin « Sex Hormone Binding Globulin ». A partir de 50 ans environ, l’organisme de certains hommes n’a plus que de la « testostérone libre » à sa disposition.

La diminution excessive du taux de testostérone dans l’organisme masculin entraîne des troubles sexuels à savoir l’affaiblissement de la libido ou encore les troubles de l’érection. Toutefois, l’andropause ne rend généralement pas les hommes impuissants. En accompagnement avec les troubles sexuels, l’andropause ouvre la porte à divers maladies comme la cellulite, la fragilisation des os et les maladies vasculaires. Par ailleurs, l’andropause est assimilée à la ménopause dans la mesure où ce sont des troubles dus à une perturbation hormonale.

Comment traiter l’andropause ?

Nombreux sont les changements physiques, physiologiques et psychologiques annonçant l’andropause chez les hommes âgés. Les symptômes susceptibles d’alerter la gent masculine sont : la diminution accrue du désir sexuel, les troubles de l’érection répétés, la diminution de la masse musculaire, la dépression et l’irritabilité ainsi que la fatigue prolongée. Si le tiers de ces symptômes apparaissent, il convient de voir le médecin afin de faire un dépistage d’andropause.

L’andropause est un trouble à ne pas négliger car même si vous décidez de négligez vos performances sexuels, les maladies qui peuvent survenir après l’andropause sont dangereuses. Pour traiter l’andropause, les médecins vont traiter le sujet par injection de testostérone ou encore d’autres modes d’administration à savoir le gel ou le patch. Le dosage de testostérone utilisé est minutieusement contrôlé par le médecin traitant afin d’éviter les complications gênantes.

samedi 11 avril 2009, par Carole Mercier