L’amiante : des conséquences désastreuses sur la santé

Dans les lieux publics comme à la maison, personne n’est jamais suffisamment à l’abri de la pollution. Parmi les substances polluantes les plus connues, il y a l’amiante. Ses effets ont été longtemps méconnus du grand public, pourtant, cette substance est particulièrement dangereuse pour la santé.

L’amiante et ses effets nocifs

Présent dans bon nombre d’habitations, l’amiante est une fibre minérale très connue dans le domaine de l’isolation, qu’il s’agisse d’isolation thermique, acoustique ou électrique. De nombreux produits présents dans nos habitations contiennent aussi des fibres d’amiante si l’on ne cite que les chaudières ou les garnitures de porte. Les fibres de l’amiante sont également présentes dans certains accessoires des véhicules, tels que les freins et les revêtements d’embrayage.

L’amiante devient dangereux à mesure qu’elle vieillit. Le vieillissement de l’amiante favorise la production de fibres qui se propagent dans l’air et qui se prolifèrent à l’intérieur du corps lorsque nous respirons.

Même si les effets nocifs de l’amiante n’apparaissent que plusieurs années après l’exposition à la substance, ils peuvent être très graves. On note parmi les maladies les plus graves la sclérose du tissu pulmonaire, le cancer broncho-pulmonaire ou encore le cancer du tube digestif.

Si l’amiante est présente dans les maisons et les appartements, on la rencontre également dans les industries, notamment dans le secteur de l’automobile et le secteur ferroviaire.

L’amiante, interdit en France depuis 1997

Bien que très utilisé dans la fabrication de produits industriels et de produits du bâtiment, l’amiante est finalement interdit en France en 1997. Dans le secteur du bâtiment en question, on peut retrouver de l’amiante dans les revêtements de sols en matière plastique, les mortiers, les enduits, les conduits, les plafonds, les canalisations…

Aujourd’hui, même si l’utilisation de l’amiante dans le secteur industriel et le secteur du bâtiment est désormais interdite, ceux qui réalisent des travaux de rénovation ou d’entretien dans les bâtiments construits avant 1997 restent toujours exposés aux dangers de cette substance.

L’interdiction de l’utilisation du mortier dans tous les secteurs et dans les habitations a été décidée afin de réduire les graves maladies respiratoires que cette substance peut engendrer.

lundi 20 avril 2015, par Romain Morillon