Allocation revalorisée pour ceux qui accompagnent un proche en fin de vie

Pour rester aux côtés d’un proche en stade de fin de vie, certaines personnes se trouvent dans l’obligation de réduire, voire d’arrêter leur activité. L’allocation journalière qu’elles perçoivent a été revalorisée en vertu du décret publié le 4 janvier 2013.

Le montant de l’allocation et les personnes bénéficiaires

Le montant de cette allocation est actuellement de 54,17 euros par jour. Le versement peut être effectué pour une durée de 21 jours ouvrables ou non au maximum. Dans le cas où l’accompagnement d’un proche ne nécessite qu’une réduction de l’activité professionnelle d’un parent, celui-ci ne perçoit qu’une allocation de 27,08 euros par jour. Quelle que soit la diminution du temps de travail, l’aide financière est prévue pour une période de 42 jours au maximum.

Les proches qui habitent sous le même toit du malade peuvent prétendre à cette allocation. Il peut s’agir du conjoint, du concubin, des ascendants, des descendants ou encore des sœurs et ses frères. La personne alitée peut éventuellement désigner une personne de confiance qui le représenterait dans le cas où il ne serait plus en mesure de s’exprimer. Les individus qui exercent un travail non salarié, comme les commerçants et les artisans, peuvent aussi avoir cette subvention s’il est avéré qu’ils ont dû suspendre ou réduire leurs activités.

La demande d’allocation

Pour toucher l’allocation, les personnes concernées doivent au préalable solliciter et obtenir un congé au titre de la solidarité familiale auprès de leur employeur. La demande peut porter sur une période où elles ne pourront travailler qu’à temps partiel. Un tel congé qui n’est pas rémunéré ne doit pas excéder trois mois et il est renouvelable une fois. L’employeur n’est pas en droit de le reporter ni de le refuser si le requérant fournit une pièce justificative établi par le médecin traitant du malade.

La demande d’allocation quotidienne pour aider à domicile un parent en fin de vie est à adresser à la caisse d’Assurance Maladie. Les pièces justificatives, notamment un certificat médical délivré par le médecin traitant, y seront jointes. Le document attestera que la personne alitée se trouve en phase très avancée, voire terminale, d’une pathologie grave et incurable. Cet accompagnement peut être effectué soit au domicile du malade, d’un proche ou d’un tiers, soit dans un Ehpad, établissement dédié à l’hébergement de personnes âgées dépendantes.

samedi 20 avril 2013, par Romain Morillon