Achat d’une auto sur Internet : les précautions à prendre

L’achat d’une auto sur Internet est une pratique de plus en plus courante. La prudence est toutefois de mise avant toute transaction. Voici quelques précautions à prendre pour éviter tout désagrément.

Les bons réflexes à avoir

Nombreuses sont les personnes qui consultent la toile pour l’achat d’une voiture. Ils peuvent ainsi obtenir facilement les informations nécessaires sur l’auto et comparer une multitude d’offres sans avoir à se déplacer de chez eux. Les statistiques démontrent que plus de 50% des transactions se passent dans le secteur des véhicules d’occasion. Certes, ce système donne la possibilité de réaliser des affaires intéressantes, mais les risques ne sont pas à minimiser. Un acquéreur averti doit donc avoir de bons réflexes pour éviter bien des désillusions.

Avant de conclure une transaction, il est recommandé d’examiner minutieusement la voiture et de procéder à un essai. Certaines personnes se contentent en effet d’apprécier l’état de l’auto en regardant les photos présentées par le vendeur sur Internet. Un examen visuel est cependant indispensable. C’est le seul moyen de déceler les défauts apparents et de contrôler que le numéro de châssis est bien conforme à celui qui figure sur le certificat d’immatriculation. Une vérification des documents administratifs est aussi conseillée.

Se renseigner sur le vendeur

Un essai s’avère incontournable pour détecter tout bruit suspect ou une fumée inhabituelle. Même si la voiture n’affiche qu’un faible kilométrage et si la peinture est parfaite, elle peut cacher de nombreux vices. Vous devez vous informer sur son entretien. Il convient également de se renseigner sur le sérieux et l’identité du vendeur. Une trop grande hâte à conclure la vente, un prix trop bas par rapport à la cotation moyenne, une demande de paiement intégral à l’avance avant la livraison devraient vous faire douter sur l’honnêteté du vendeur.

L’achat d’une auto sur Internet présente des risques si le vendeur se trouve à l’étranger. Vous aurez en effet beaucoup de difficultés à mettre en œuvre un recours civil ou pénal. Une action civile est par exemple nécessaire si vous découvrez que la voiture a des vices cachés. Dans ce cas, la vente peut être annulée et vous pouvez prétendre à un dédommagement. Vous vous adresserez directement au juge des référés qui désignera un expert judiciaire. Celui-ci se chargera de l’examen du véhicule et la procédure sera basée sur son rapport.

mercredi 20 février 2013, par Romain Morillon