Le PERP ou Plan d’Epargne de Retraite Populaire

Créé dans le cadre de la réforme des retraites selon les lois Filon, le PERP est un produit d’épargne qui s’adresse à tous les français afin de compléter leur revenu pour la retraite.

En quoi consiste le PERP ?

Le Plan d’Epargne de Retraite Populaire est issu de la loi Filon du 21 août 2003 qui s’inscrit dans la réforme des retraites. S’adressant aux salariés tous statuts confondus, le PERP permet de compléter les revenus pendant la retraite. Le Plan d’Epargne de retraite Populaire est une sorte de contrat d’assurance et son adhésion est facultative et individuelle. Versé sous forme viagère, le PERP est accessible à partir de 60 ans. Après son lancement en 2003, la loi qui stipule cette épargne retraite est entrée en vigueur à compter du 1er janvier en permettant aux contribuables domiciliés en France de s’y affilier. Il convient de noter au passage qu’un foyer fiscal ne peut bénéficier que d’un seul PERP.

Comment souscrire au PERP ?

Comme nous avons dit plus haut, le PERP est accessible à tous les salariés, quel que soit leur secteur ou statut. Certes, comme le PERP est une retraite facultative, la souscription des salariés n’est pas automatique, il faut accomplir certaines démarches pour y adhérer. En l’occurrence, la souscription à un contrat d’assurance passé avec le Groupement d’Epargne Individuelle pour la Retraite (GERP), un organisme d’assurance gestionnaire (institution de prévoyance, compagnie d’assurance ou mutuelle) est obligatoire. Pour mettre la lumière sur le GERP, soulignons qu’il s’agit d’une association créée pour veiller aux intérêts des bénéficiaires du PERP.

Quels avantages offre le PERP ?

Le premier avantage que vous confère le versement du PERP est l’exonération des prélèvements sociaux comme la CSG et la CRDS. Par ailleurs, la déduction des cotisations versées au revenu constitue également un des points forts du PERP. Toutefois, cette déduction du revenu imposable obéit à deux règles : d’un, le montant annuel des revenus d’activité professionnelle ne doit pas dépasser plus de 10% de ceux de l’année dernière. De deux, il faut que le revenu imposable soit compris entre 1/10 et 8 fois le plafond de la Sécurité Sociale, exprimé en chiffres, cela donne la fourchette 2 920 et 23 350€. Le PERP s’avère donc très intéressant pour les salariés dont le taux d’imposition est élevé.

mardi 31 mars 2009, par Carole Mercier