Le kendo, un art martial peu connu

Le kendo est un art martial qui se pratique par tous. Découvrez le kendo, cette discipline à la fois tonifiante et conviviale.

Le kendo, un art martial

Le kendo, ou la Voie du Sabre, est un dérivé du kenjutsu, l’art martial des samouraïs. Cette discipline est voisine de l’escrime, du fait de l’utilisation de diverses protections et armures faciale, abdominale,… Pratiqué aussi bien par les hommes que les femmes, le kendo se différencie des autres arts martiaux japonais par l’absence de contacts physiques violents et des chutes. Ainsi il se pratique dès l’âge de 5 ans, et jusqu’au-delà de 80 ans. Si l’on n’est pas trop tenté de s’aventurer dans des arts martiaux ou des sports de contact assez violents, comme le karaté, le judo, l’aïkido,… cette discipline est faite pour nous.

En effet, avec le kendo, c’est une tout autre situation. Sport de compétition, la notion de catégorie de poids n’entre pas en ligne de compte pour cette discipline ; ce qui différencie le kendo des autres sports de combat, comme la boxe, le judo ou autres. Ce rapprochement de toutes les catégories de personne par l’âge ou le poids est l’un des points forts de ce sport. Au Japon, certains maîtres âgés de plus de 80 ans, s’y entraînent encore, et rigoureusement. Le kendo, c’est moins brutal, plus convivial, et ça vous rajeunit !

Le kendo, une maîtrise de soi avant tout

Ce sport est moins brusque aussi du fait qu’il est beaucoup moins traumatique par ses gestes et mouvements naturels, son utilisation modérée de la force musculaire, et la protection des membres. Le kendo nous apprend avant tout, à nous contrôler. Il nous aide à canaliser notre agressivité, à maîtriser nos émotions, et surtout à maîtriser notre peur. Ces enseignements s’avèrent vraiment utiles et précieux pour notre bien-être. Ces efforts de canalisation s’articulent autour du ki, l’esprit, du tai, le corps et le ken, le sabre.

Sport assez peu répandu en France avec moins de 10.000 pratiquants, le kendo nécessite un équipement adéquat : le shinai, ce sabre dont la lame est remplacée par quatre lattes de bambou pour l’entrainement et la pratique, le hakama, un pantalon jupe que porte le kenshi, le pratiquant du kendo, le kendo-gi, la veste et le kendo-gu, l’armure. Cette dernière a plusieurs composantes qui protègent les différentes parties du corps exposées au combat, le poignet, les bras, le thorax,… Les prix des matériels sont accessibles à tous. Le kendo : un sport à pratiquer sans modération !

jeudi 4 novembre 2010, par Carole Mercier