Impôts et arnaque : les faux mails abondent

Les arnaques par mail sont de plus en plus courantes. Cette pratique intervient dans des secteurs très variés et fait chaque année de nombreuses victimes. Les impôts n’y échappent pas.

Les Finances Publiques utilisées pour du phishing

Le phishing qui est connu comme étant une pratique qui vise à récolter des informations personnelles auprès des internautes ou des mobinautes fait de plus en plus de ravages. En usurpant les Finances Publiques ainsi que d’autres secteurs officiels, les fraudeurs arrivent à mettre "leurs proies" en confiance et à leur soutirer des données, telles qu’un numéro de carte bancaire. Après plusieurs cas repérés par les autorités responsables, les Impôts ont fini par lancer une alerte dénonçant ce genre de procédé afin de protéger les internautes.

Comment reconnaître une arnaque par mail ?

Les mails reçus par les internautes, envoyés par les Finances Publiques, disposent d’un en-tête officiel. Si on se sent généralement en confiance au vu de ce petit détail, il faut savoir que les arnaqueurs utilisent aussi cet en-tête dans le but d’extorquer de l’argent aux citoyens. Les Finances Publiques ont bien sûr réagi et prévenu les internautes de l’existence de ces mails qu’il ne faut surtout pas prendre en considération. En effet, les Impôts ne demandent jamais aux citoyens de payer leurs dus à travers un mail en remplissant un formulaire avec des données très personnelles. Il faut donc faire attention et signaler ce genre de message électronique si vous en recevez. C’est une tentative d’hameçonnage.

Les précautions à prendre face à une telle pratique

Lorsque vous recevez ce genre de message électrique, signalez-le tout simplement et supprimez-le. Inutile de poursuivre sa lecture. Évitez également de cliquer sur les liens de redirection ou de télécharger les pièces jointes rattachées au mail. Cela vous évitera d’avoir à dévoiler vos données. En plus de cela, les Finances Publiques conseillent aux internautes de bloquer tous les messages provenant du même destinataire.

mardi 6 septembre 2016, par Romain Morillon